Florent IbengeDepuis 1998, la RDC a tout fait pour maintenir son titre et revenir dans le dernier carré de la CAN, mais il leur a fallu 17 ans pour y arriver. On peut dire que tout ça, c’est l’œuvre du sélectionneur Florent Ibenge. C’est grâce à sa direction que les joueurs ont pu vaincre les redoutables Ivoiriens ce mercredi 4 février, lors de la première demi-finale de la CAN 2015.

Un parcours atypique

Vous vous demandiez que si Florent Ibenge a pu arriver à ce stade, c’est qu’il a sûrement suivi des années d’expérience. C’est peut être le cas, mais pas comme vous n’avez imaginé. Il a rencontré sa toute première expérience au Shanghaï Shenhua, en Chine. À l’époque, il assistait Nicolas Anelka pendant les entrainements du club de ce dernier. Mais au bout de quelques semaines, notre Florent a été remplacé par un nouvel entraîneur. Mais alors que les problèmes en interne concernant la sélection se succédaient au sein des Léopards de la République Démocratique de Congo, Florent Ibenge a fait son apparition. Et on dirait que la formation accélérée qu’il a suivie en Chine lui a servi grand-chose.

FlorentIl a même confié à ce propos : “C’était une expérience magnifique. Quand le club (Shanghaï Shenhua) s’est séparé de Jean Tigana, ils ont demandé à Nico (Anelka) de prendre la relève. Il a pensé à moi pour le seconder, alors qu’il avait reçu des CV kilométriques. On aurait pu faire beaucoup mieux, mais les dirigeants du foot sont toujours un peu impatients”. Florent Ibenge a réussi à convaincre l’ailier Yannick Bolasie, décisif depuis le début de la CAN 2015, de rejoindre les Léopards il y a quelques mois.