afrimarket2,5 millions d’euros viennent d’être levés par Afrimarket, le spécialiste du “cash to goods” implanté en France, et dans quatre pays africains (Côte d’Ivoire, Sénégal, Togo, Bénin). Les 1 millions dans cette somme ont été apportés par le groupe de télécoms Orange.

Plus d’ambitions pour Afrimarket

Le transfert “cash to goods” proposé par Afrimarket est très simple. L’utilisateur pourra régler ses dépenses courantes (de santé, de scolarité et de nourriture) auprès de partenaires en Afrique, tout en restant en France. À moins de deux ans d’activité, il a clôturé sa deuxième levée de fonds ce 27 janvier. Orange a apporté un million d’euros, tout comme la société d’investissement Bagatelle Investissement et Management et d’autres actionnaires historiques. En tout, 2,5 millions d’euros sont dans la poche. Le but de cette action, c’est de pousser encore la start-up plus loin, séduire plus que les 30 000 clients déjà bénéficiaires, déployer son offre dans de nouveaux pays, notamment Mali et Cameroun et trouver d’autres offres encore plus innovantes.

orangePuisque le marché du transfert d’argent, surtout entre les africains et les autres continents est encore très vaste, Afrimarket souhaite devenir un agent incontournable et prendre part du marché, s’élevant jusqu’à 60 milliards de dollars par an, même si les concurrents sont redoutables (Western Union et MoneyGram). Actuellement,  Afrimarket c’est 300 points de vente alimentaires, santé, électroménager et matériel de construction, 35 employés dont 15 en Afrique.