CAN 2015Depuis le 18 janvier, tout le monde ne parle que les résultats de la CAN 2015 qui se passe à la Guinée Équatorial. Pour cette semaine, la surprise était énorme, même si la plupart s’y attendaient. On parle surtout des Ivoiriens qui ont coupé les ailes des Algériens.

Le dernier match des Algériens

Ce dimanche, à Malabo, le rêve des Algériens a été écrasé par la Côte d’Ivoire avec un score de 3-1. Néanmoins, c’était un quart de finale spectaculaire, notamment avec le doublé de la tête de Wilfried Bony. Et c’est confirmé, les Ivoiriens ont eu le billet pour le dernier carré du tournoi. Avec un peu de chance, les Éléphants parcourront leur chemin en 2012, même s’ils doivent affronter RD Congo, mercredi à Bata. Un seul but de plus, et la finale est dans la poche. Ils ont ainsi pris leur revanche sur les Fennecs qui les avaient vaincus au même stade de l’épreuve en 2010 (3-2 a.p.).

CAN 2015 1À noter que les la Côte d’Ivoire et l’Algérie, qui sont considérés comme les grands favoris de la compétition, se sont déjà affronter en 2010, et le spectacle est resté le même, électrique et palpitant. Seulement, ce n’est pas seulement sur terrain. Quelques minutes seulement avant le coup du sifflet, les supporteurs des deux parties se sont affrontés dans les tribunes du stade de la capitale de la Guinée équatoriale. Du coup, un fan algérien a été évacué par une ambulance.

Un match mouvementé

Au début, la balle était souvent sur les pieds algériens, mais peut être que c’est ce que voulaient les Ivoiriens. À la 26ème minute du match, Max-Alain Gradel a lancé un bon centre, visait la tête de Bony et directement sous les filets. Le score restait 1-0 jusqu’à la fin de la première mi-temps. Une petite faille dans la défense a couté cher aux Ivoiriens puisque Hilal Soudani a su en profiter pour égaliser (51e). Mais 17 minutes plus tard, le score a augmenté pour les Éléphants. Grâce à Gervinho, un troisième but a été sifflé pendant le temps additionnel. Le reste est encore incertain, tout le monde a son favori, mais nous verrons si la Côte d’Ivoire regagnera sa réputation en 1992.