Le mardi 31 janvier à Lomé, la première édition d’un concours d’innovation pour allier la finance à la technologie (Fintech) au profit des start-up africaines a été lancé par la Banque panafricaine ECOBANK.

Cette initiative relève du souci d’amélioration de la qualité de ses services. En effet, les start-up du domaine de la technologie étant les plus prisés, la banque se servira des produits de leur recherche en rapport avec les applications qui lui permettront d’authentifier la sécurité, d’évaluer la solvabilité de clients ou de délivrance de micro-crédit.

Sont également recherchés des modèles à même de développer la blockchain (technologie de stockage et de transmission d’informations fonctionnant sans organe central de contrôle à l’instar de la monnaie électronique Bitcoin), dans le secteur bancaire africain.

Les inscriptions se poursuivront jusqu’au 14 avril. Après celles-ci,  un comité de sélection va retenir vingt finalistes, porteurs de solutions financières particulièrement innovantes qui bénéficieront de fonds d’amorçage « jusqu’à concurrence de 500 000 dollars ». Ecobank indique que les start-up «les plus commercialement viables» pourront lancer leurs produits sur ses 33 marchés en Afrique. Les trois premières start-up gagneront des prix en espèces d’une valeur respectivement de 10.000 dollars, 7.000 dollars et 5.000 dollars.

Aujourd’hui, les acteurs du secteur bancaire estiment que l’innovation peut venir au secours de la bancarisation africaine. Ainsi depuis quelque temps, plusieurs entrepreneurs africains développent des solutions dans ce sens.