dabardMubarak Mukiya, de son vrai nom, est un jeune entrepreneur de 20 ans originaire du Kenya. Innocent dans sa
nature, sa substance crise quant à elle est une richesse que ce jeune prodige traine avec lui. Contrairement aux autres jeunes, Mubarak n’a pas du tout connu une tendre enfance. Devenu orphelin à l’âge de 10 ans, il est forcé à s’installer avec sa tante et son oncle avec qui il va partager son quotidien. Qui, n’est pas aussi joyeux que l’on puisse l’imaginer. Malgré cette situation, le jeune entrepreneur ne va pas se laisser vaincre et va user  de son ingéniosité et de son imagination pour sauver la maison d’édition «Acrodile Publishers » dont avait hérité sa tante quelques années auparavant de la crise économique qui commençait à l’effriter. C’est ainsi qu’il décide donc de se lancer dans la conception de site web. Une idée de génie qui portera ses fruits puisqu’il réussira à mettre sur pied un site internet pour l’entreprise de sa tante et la redonner une forme. Les nouvelles de ses prouesses se répandent aussitôt dans tout le pays et un multimillionnaire kényan ayant détecté le génie en lui, va le recommander à l’université d’Harvard qui le propose une bourse d’étude. Mais le jeune Mubarak, confiant et déterminé, va décliner cette offre. Il va cependant poursuivre son rêve et va fonder en 2012 grâce à ses économies, sa propre structure baptisée « Hype Century Technologies and

Investment » une société spécialisée dans le design de sites web et de gestion de noms de domaine. LesMUBARAK affaires vont proliférer et le jeune kenyan va même jusqu’à joindre d’autres de ses camarades de classes dans le projet. En 2013, il va donc vendre son entreprise pour créer la « Zagace », une société en informatique qui
a établie ses locaux aujourd’hui à San Francisco aux USA. Le choix du jeune Mubarak Mukiya est peut être une belle leçon pour tout ceux  qui ont une détermination et un projet bien tracé qui leur tient à coeur. Car il est évident que son refus d’intégrer l’université d’Harvard aurait conduit bon nombre d’entre nous à penser qu’il était stupide. Mais non, aujourd’hui, le jeune entrepreneur  est un symbole de réussite pour l’Afrique et un espoir pour le développement du continent.

écrit par Charles Dabrad SONGUE