zikaLe ministre de la Santé Gaétan Barrette confirme que le virus Zika, qui frappe actuellement une vingtaine de territoires en Amérique, est «inévitable» au Québec.

À sa sortie du premier nouveau Conseil des ministres, jeudi, M. Barrette s’est tout de même voulu rassurant, qualifiant le virus Zika de «cousin» du virus du Nil occidental.

«On a le virus du Nil au Québec et comme on peut le voir, ce n’est jamais devenu une situation dramatique, a-t-il expliqué. Le taux de mortalité du virus du Zika est plus faible que celui du Nil, c’est un virus qui est moins agressant. Le vrai enjeu est celui de ses effets sur les femmes enceintes.»

Le ministre a aussi rappelé que le moustique porteur du virus ne peut survivre dans un environnement froid ni même frais. C’est donc en voyageant dans les zones touchées que les Canadiens risquent de contracter le virus.

«Dans l’immense majorité des cas, c’est un syndrome grippal qui peut être complètement anodin. Il n’y a pas lieu d’être inquiet, sauf pour les femmes enceintes», a réassuré le ministre.

Face à la propagation du virus Zika, la ministre de la santé de France, Marisol Touraine, Jeudi 28 janvier, a « fortement »recommandé aux femmes enceintes de différer d’éventuels voyages en Martinique ou en Guyane… dans d’autres régions du monde touchées comme l’Amérique du Sud (Brésil…).

« Cette épidémie est une épidémie sérieuse qui peut être très grave avec des effets neurologiques et pour les femmes enceintes des complications, des malformations pour leur bébé. »

La directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan, a fait savoir que le virus se propageait de « manière explosive ». « Le niveau d’alerte est extrêmement élevé », a-t-elle dit, craignant « la possibilité d’une propagation au niveau international». Le virus est déjà présent dans 21 des 55 pays du continent américain, une propagation qui risque de s’aggraver rapidement, puisque le moustique transmetteur est déjà présent dans tous les pays d’Amérique, à l’exception du Canada et du Chili. Une réunion du comité d’urgence se tiendra le 1er février.

  • Qu’est-ce que le virus Zika ?

Ce virus est transmis par piqûres de moustiques du genre Aedes aegypti et de moustiques tigres, qui peuvent aussi être porteurs de la dengue et du chikungunya. Le virus ne se transmet pas directement entre humains, mais seulement par l’intermédiaire d’une piqure de moustique Aedes. « De ce fait, il n’y a pas actuellement de risque de transmission du virus Zika en métropole : nous ne sommes pas dans la période d’activité des moustiques Aedes, vecteurs du virus, comprise entre mai et novembre », ajoute le ministère.

images

La souche de ce virus circule désormais en Amérique, où il provoque depuis 2015 une épidémie « sans précédent », selon l’Institut Pasteur. Malgré cette propagation, la « maladie est mal connue », selon le HCSP, mais elle présente quelques caractéristiques :

  • dans la grande majorité des cas (70 à 80 %) l’infection passe inaperçue. Lorsqu’ils s’expriment sur une personne, les symptômes sont de type grippal – fièvre, maux de tête, courbatures – accompagnés d’éruptions cutanées. « La durée d’incubation varie de 3 à 12 jours », d’après le HCSP ;
  • le virus peut aussi se manifester par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par un œdème des mains ou des pieds ;
  • la maladie se propage moins que la dengue ou le chikungunya, qui se transmet aussi par des moustiques Aedes, mais les autorités sanitaires ont observé qu’elle entraînait une fréquence inhabituelle de complications neurologiques, qui peuvent provoquer un syndrome de Guillain-Barré ;
  • jusqu’ici aucun cas de décès par le virus Zika n’a été répertorié.
  • Pourquoi les femmes enceintes sont-elles particulièrement surveillées ?

Outre les symptômes mentionnés, le virus peut entrainer des malformations sur le fœtus porté par des femmes infectées. En effet, les femmes enceintes atteintes peuvent donner naissance à des nourrissons atteints de microcéphalie : les bébés naissent avec un périmètre crânien inférieur à 33 centimètres et un retard mental irréversible, s’ils parviennent à survivre.