La naissance des tablettes made in Africa

1
190

Devenues tendance en si peu de temps, les tablettes ont été lancées pour la première fois en 2010 avec l’Ipad du géant de l’informatique Apple. Elles se sont appropriées du monde de la haute technologie et ont su séduire petits et grands, professionnels ou simples amateurs. Ce véritable gadget technologique représente un marché important dans le monde et en Afrique. La tablette made in Africa a vu le jour en 2011 : la Way-C, grâce à Verone Mankou qui avait 27 ans seulement à l’époque, originaire de Congo RDC

Les tablettes : un marché florissant en Afrique

A côté des géants de l’informatique, l’Afrique s’est aussi imposé dans le monde de la technologie en se lançant sur le marché florissant des tablettes. Devenues aujourd’hui une véritable opportunité d’affaires pour le continent, le marché des tablettes Made in Africa évolue de façon surprenante où les gadgets sont vendus à des coûts très abordables, et adaptés aux besoins des africains. Tous aussi conçus par des techniciens africains, ceci est aujourd’hui devenu une véritable fierté de la population et donne l’espoir de réforme pour leur situation économique. Grâce aux tablettes 100% africain, les experts de l’association Mondiale des opérateurs de télécommunications estiment déjà une importante hausse du taux d’abonnement mobile en Afrique d’ici 2015. Selon encore ces derniers, le continent africain constitue actuellement un des plus importants marchés mobiles dans le monde après l’Asie.

tablette way-cVMK, la première tablette africaine

Verone Mankou, ainsi se nomme le premier inventeur de tablettes Made in Africa. A tout juste 25 ans, il avait déjà une vision très large sur le monde de la technologie en Afrique. Etant un véritable “Steve Jobs” pour les africains, le jeune homme a commencé ses premières inventions par le lancement de la tablette VMK de 7 pouces avec un système Androïd 2.3. Le développement de ce gadget lui a coûté près de 85 millions de francs CFA. En parallèle, il avait également estimé une augmentation de plus de 3,5 millions de dollars de son chiffre d’affaires. Très vite, le marché est devenu attractif et fructueux. Mais pour pouvoir concurrencer la Chine en matière d’industrialisation, il en faudrait encore plus de jeunes africains talentueux et ambitieux tel que Verone Mankou.

1 COMMENT

Comments are closed.