Wided BouchamaouiLe vendredi 9 octobre 2015 a été parmi les événements les plus importants pour la Tunisie, le jour où le pays a été récompensé au Prix Nobel de la Paix 2015. Elle a été représentée par le Quartet du dialogue national, avec Wided Bouchamaoui comme présidente d’un de ses membres, dont l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA). Outre le Prix Nobel de la Paix, cette femme leader tunisienne a déjà été primée, en 2014, aux prix Business for peace pour son action. Elle a également reçu le prix de la meilleure femme d’affaire du monde arabe en 2013.

Une récompense bien méritée

Seule femme au sein de la présidence du Quartet tunisien, Wided Bouchamaoui a bien joué son rôle en tant qu’actrice de la paix au Tunisie. Ce prix lui a permis de contribuer à la reconstruction de son pays, suite à la révolution du 2011. Sachez qu’elle fait partie des 15% des femmes nobélisées au monde depuis le premier lancement du prix. Wided Bouchamoui dédie alors cette récompense aux partis politiques tunisiens et à toutes les communautés tunisiennes qui ont fait confiance à leur organisation. Ainsi, elle tient principalement à féliciter tous le peuple dont les jeunes, les femmes et tous ceux qui ont été assassinés lors de la révolution.

L’entrepreneuriat féminin dans le sang

Première femme leader dans le monde arabe, Wided Bouchamaoui tient les reines de l’UTICA depuis 2011, l’année où elle a également assuré la transition pendant un an. Du haut de ses 45 ans, cette femme d’affaires tunisienne a fait ses débuts au sein de la société Hédi Bouchamaoui & Sons, un groupe spécialisé dans le pétrole, le BTP, l’industrie et le textile fondé par son père. Ce n’était qu’’en 1994 qu’elle a fondée son propre empire au sein de la société Maille Fil, spécialisé dans les fils de cotons peignés. Portée par son dynamisme et sa volonté de renouvellement, elle se joint alors à l’UTICA aux côtés de nombreux acteurs sociaux, du gouvernement et des centrales syndicales dans le but de relancer les partenariats et les investissements étrangers.