bright simons mpedigree

Active et engagée dans la lutte contre la contrefaçon, M-Pedigree est une startup fondée par Bright Simons au Ghana. Ayant pour but, celui d’aider les populations d’éviter les dépenses dans l’achat des médicaments contrefaits, le chercheur ghanéen a mis sur pied, en 2007, une application destinée à confirmer l’authentification des médicaments vendus.

Meilleure innovation numérique

La contrefaçon est un problème dont les pays en voie de développement sont les plus touchés. Sirop, comprimé, même les vaccins sont les médicaments les plus concernés et ne contiennent pas les produits pharmaceutiques dont ils devraient. La contrefaçon touche 30% des médicaments vendus dans les pays en voie de développement comme en Afrique. Du fait de leur bas prix, les médicaments contrefaits sont souvent utilisés pour lutter contre le paludisme, le Sida et les maladies infectieuses. En réponses des organismes de règlementation, l’entrepreneur ghanéen, Bright Simons a lancé une solution technologique qui, comme on dit, milite pour les droits sociaux, en réunissant les fabricants et les opérateurs de téléphonie mobile au Ghana, Kenya et Nigeria. Grâce à cette initiative, il a été primé au Grand prix international Netexplorateur et a reçu le trophée de la meilleure innovation numérique au monde. Actuellement, m-Pedigree devrait être déployé en Tanzanie et Ouganda, et peut-être en Inde et en Asie du sud-est.

Lancement de l’application

mpedigree

L’idée de la création de M-Pedigree a commencé en 2005, mais n’a pu être réalisée que deux ans plus tard, c’est-à-dire en 2007, avec le soutien du géant américain HP, fédéré des ONG, des groupes pharmaceutiques et opérateurs télécoms, ainsi que les autorités ghanéennes et nigérianes. L’application détermine notamment la provenance des médicaments en associant la technologie du web et la téléphonie mobile, et la startup est explorée chez m-Pedigree Network, une société que Bright Simons crée en 2009 à Accra. L’opération de vérification se fait en quelques secondes. Pour ce faire, l’utilisateur n’à qu’à envoyer le numéro de lot du médicament par SMS à m-Pedigree. Dans les secondes qui suivent, il reçoit en retour la réponse pour confirmation, ou l’inverse s’il s’agit d’une contrefaçon.

1 COMMENT

  1. C’est une bonne chose que ce chercheur ait eu cette initiative, surtout en cette période où l’épidémie frappe de partout.

Comments are closed.