Afriland First Bank est une banque de droit camerounais, et est le premier groupe bancaire camerounais. Cette banque voit le jour au Cameroun en 1987 sous le nom de Caisse Commune d’Epargne et d’Investissement (CCEI). Ceci pour répondre principalement aux préoccupations qu’étaient la conjoncture défavorable et la faillite généralisée des banques. La CCEI propose donc divers services et produits aux entreprises et aux particuliers ; parmi lesquels les emprunts, les épargnes, les financements de projets… C’est ainsi que qu’en ce mois de juin, ce groupe bancaire a effectué une émission obligataire privée de 15 milliards de FCFA. Cette émission étant privée, elle ni connue, ni à la portée de tous. En fait une émission obligataire est un processus qui consiste à émettre sur le marché des bonds nominatifs que les clients achètent pour une période précise et dont le remboursement se fera avec des intérêts.

Motivations.

En réalité Afriland First Bank veut se développer davantage et comme tout investissement, cela nécessite de gros investissements en capital notamment pour la construction des immeubles. Elle a donc besoin de renforcer ses fonds propres afin de s’assurer une certaine stabilité et de respecter les règles de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) en matière d’investissement pour les banques. Comme dit plus haut, la période de cette émission est de 07 ans, et les intérêts en fin de période s’élèvent à 6%. Au regard de ce taux, cette opportunité d’investissement est très bonne pour les souscripteurs. Mais il faut aussi regarder la période de remboursement qui est très longue. Et avec des environnements politique (élections présidentielles, municipales et sénatoriales à venir), économique (taux d’inflation très variable), social (tensions dues aux événements politique), technologique et éthique ( bonne utilisation des fonds des acheteurs des bonds émis…) très instables, il serait vivement conseillé de prendre l’avis des spécialistes du domaine avant de s’y lancer.

L’on se demande donc si les finances, les résultats de la banque sont au vert (sont en croissance), ou alors sont en baisse. Car elle fait appel à des fonds extérieurs pour financer ses investissements. Bien que cela soit un mode de financement. Elle pourrait aussi bien vouloir à partir de ces émissions renforcer ses fonds propres.

Notons que ce mode de financement par émission des obligations est de plus en plus fréquent au sein de notre zone Afrique Centrale avec les cas des Etas du Cameroun, du Gabon et de la République Centre Africaine sur un espace de 02 ans. C’est-à-dire depuis 2014.