Thursday, May 23, 2024
HomeAfriqueLe café camerounais, une richesse à entretenir !

Le café camerounais, une richesse à entretenir !

L’Agro-industrie est la principale composante du tissu industriel du Cameroun comme de la plupart des pays africains. Ce secteur est dominé par les cultures de rentes telles que : le cacao, le maïs, le café, la banane plantain… L’introduction du café au Cameroun remonte à l’époque coloniale allemande, probablement après 1884. Les premiers bassins de culture étaient Victoria (Limbé), Ebolowa, Nkongsamba et Dschang. Puis, la culture du café s’est étendue dans les zones forestières de Yokadouma, Abong-Mbang, Doumé, Lomié et Akonolinga. Et enfin, dans les Hauts Plateaux de l’Ouest avec un très grand succès de ce côté. Toutefois cette culture dans les Hauts  Plateaux se heurta à de nombreuses difficultés : la densité de la population, l’accès à la propriété foncière doublé  de nombreux conflits liés aux successions. Tout comme le cacao, le café entraîna les indigènes dans d’autres temporalités. Car cette culture est saisonnière.  Au fil du temps, des nouvelles techniques culturales ont vu le jour avec de bons résultats. Bref, la culture du café faisait désormais partie du quotidien des paysans dans les différentes Régions. Ainsi, tous les ans au mois de mars, avant que les pluies s’installent, une partie importante des Hauts plateaux et des autres zones de culture étaient recouvertes de caféiers au maximum de floraison. Et c’est dans l’usine coloniale en pays Bamoun que furent traités les premiers tonnages d’Arabica produits au Cameroun.

En effet, c’était là la preuve que le café de bonne qualité est produit depuis longtemps en Afrique et au Cameroun en particulier. Bien que souvent boudé par les camerounais, le café de ce pays est en grande partie exporté et très apprécié à l’étranger !

C’est ainsi que dans le souci de valoriser ce produit de rente, La PME camerounaise Gariland International lance sur le marché son nouveau produit Nextcoffee. Cette entreprise moyenne localisée dans la ville de Mbalmayo dans la région du Centre du Cameroun est spécialisée dans la production, la transformation et la commercialisation des produits agricoles. La particularité de Nextcoffee est qu’il est bio, diététique, amélioré, et enrichi aux épices locales. De plus, elle n’est pas à sa dernière trouvaille avec des prix et des récompenses glannées sur le continent : la transformation du manioc, le jus de tapioca (Garilight), Gari plus, qui est un kit d’aliments complets, composé de Gari (appellation locale du tapioca) bio fortifié, pré-sucré au stévia, puis enrichi avec pas moins de 15 fruits et légumes séchés, ou encore les pâtes «miondoninini» faites à base de farine de manioc, de patates, de macabo, etc.

Nous voyons donc que l’agriculture est un secteur prometteur et porteur au Cameroun. Le gouvernement devrait donc mettre sur pieds des mesures afin de motiver les jeunes à s’y lancer. Cela aura comme conséquences la réduction de la pauvreté et du taux de chômage, l’entretien des plantations vieillissantes, et le développement du Cameroun.

RELATED ARTICLES
- Advertisment -

Most Popular