Quatre étudiantes de l’Université de Makererere, en Ouganda, se sont réunies pour créer une application mobile dénommée « Her Health ». Elle se traduit comme une trousse d’essai capable de détecter les bactéries nocives vaginales, les principales sources de la vaginose bactérienne et d’autres infections.

Un kit de test accessible et très innovant

C’est dans une vidéo postée sur Youtube que « Team Code Gurus », une équipe d’étudiantes Ougandaises, asanté femme expliqué la manière dont elles ont procédé pour créer leur application. Le groupe est composé de Nanyombi Maghi comme chef de projet, de Ndagire Esther comme programmeur, Pauline Nairubi comme chercheur et Namanda Kawaeesi Jackline comme graphiste. Elles ont toutes suivie une formation en technologie de l’information et communication à l’Université de Makerere. Leur solution technologique s’agit en fait d’un kit de test comprenant un matériel et logiciel se connectant sur un smartphone et dont le test sera transmit vers l’application via bluetooth. Cet essai s’effectue à partir d’un échantillon d’urine ou de sécrétion vaginale et dont la valeur du PH sera envoyée à l’application. Cette dernière interprétera par la suite si l’utilisateur dispose d’une quantité saine ou malsaine de bactéries vaginales. En fonction du résultat, elle recommande et indique à l’utilisateur le médecin ou la clinique la plus proche.

Une application destinée aux femmes rurales

Team Code Gurus a une ambition de travailler au sein des ONG ou d’autres départements de santé afin de fournir leur kit aux femmes issues des zones rurales de l’Afrique. À leur tour, ces acteurs de la santé prendront en charge de la commercialisation de l’application pour qu’elle soit largement disponible pour toutes femmes. Selon encore l’équipe, « Her Health » pourra certainement être un espoir pour les pays où les connaissances et l’accès à la santé demeurent un grand défi.