Située dans la localité de Boulogne c’est une bâtisse de deux étages, un garage plus ou moins rangé un jardin et l’ensemble des habitants sont au nombre de cinq. Cette demeure est la propriété de la famille Spiquel. Un passionné de la Cybernétique et du monde connecté. A première vue, c’est une maison toute simple comme la plus part des maisons qui jalonnent les rues et coins de cette contrée. Pourtant, à y voir de plus près c’est une maison hors du commun capable de tweeter sur la vie de ses habitants. Et  depuis l’ouverture de son compte, le 20 janvier 2013, #LaMaisonquitweet  a envoyé plus de 4 000 tweets à ses 248 abonnés. Chaque matin, aux alentours de 6 heures, elle tweete « Caféé » pour encourager le père, Bruno Spiquel, à se lever. Quand il sort de la salle de bain, elle le prévient qu’elle aère un peu la pièce parce qu’elle est trop humide. Si « un type tripote la sonnette », la maison envoie toute seule « Ça me fait flipper ! Au secours.ceci est possible grace à des capteurs de comportements installés dans toutes les pièces de la maison.

Ceux-ci détectent l’ouverture ou la fermeture des portes et fenêtres, enregistrent les températures intérieure et extérieure, puis transmettent ces données à un serveur situé dans un local technique au sous-sol. La sonnette et la boîte aux lettres sont également connectées.