Le vendredi 20 février s’est déroulée la 40è cérémonie des César, à Paris, au sein du théâtre du Châtelet sous la présidence du comédien Dany Boon. Sorti vaincu à l’événement, le film « Timbuktu », réalisé par  Abderrahmane Sissako a remporté les trophées du meilleur film et meilleur réalisateur avec un 7è prix sur 8 nominations. Sachant que «Timbuktu » est un film franco-mauritanien qui raconte la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes.

Un film esthétique appuyé par des exemples quotidiens

timbuktu

Timbuktu est un film réalisé en 2014 par Abderrahmane Sissako relatant l’histoire de l’une des trois grandes villes situées au nord du Mali et revendiquées par les islamistes. Tiré par des faits réels, le film évoque notamment tout le calvaire des Touaregs soumis à la barbarie et le régime de terreur des extrémistes religieux. Le scénario est appuyé par des exemples concrets, des échanges verbaux et des gestes du quotidien, à la façon simple, mais signifiante selon le réalisateur. Le film est ainsi tourné dans les superbes paysages du désert mauritanien où deux espaces distincts sont mis en valeur : le désert où la famille touareg vit et un paysage sensuel où les djihadistes s’accaparent.

Des récompenses bien méritées

césar 2015

Nommé huit fois avec sept récompenses, le réalisateur de 53 ans reste confiant et fier de ses réalisations. Par ce véritable triomphe, son film a été sélectionné dans les catégories du meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur montage, meilleure musique, meilleure photo et enfin meilleur son. Des récompenses bien méritées pour Adberrahmane Sissako et son film qui rendent hommage aux Touaregs qui ont su résister aux oppressions des islamistes. Le réalisateur a évoqué lors d’une interview accordée au journal Jeune Afrique le but de sa réalisation, celui de « combattre l’amalgame trop répandu Touareg-djihadiste ».

1 COMMENT

  1. C’est un très beau film, merci pour le réalisateur. J’invite ceux qui aiment faire de nouvelles découvertes à voir ce film.

Comments are closed.